Academos Blogue Jeunes

10 questions à poser à un électromécanicien

Quand on te parle de machinerie, tes yeux s’écarquillent sous l’émerveillement? On se disait bien aussi ?. Juste pour toi, Academos a posé 10 questions à un électromécanicien.

En toute honnêteté, ne savions pas trop en quoi consistait ce métier avant d’interviewer Frédéric Boucher, électromécanicien chez Agropur. Pour ce passionné d’activités manuelles (à temps perdu, il aime faire des rénovations), une carrière en électromécanique était tout indiquée puisqu’il voulait apprendre un métier concret très tôt dans sa scolarité.

1. En quoi consiste ta job?

Pour résumer rapidement, ma job consiste à maintenir les machines utilisées dans la production de certains objets, en effectuant les entretiens préventifs et correctifs; à faire des réparations et généralement à éviter les bris et/ou à les prévenir

2. Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir électromécanicien?

Ce qui m’a vraiment motivé moi, c’est la polyvalence qu’offre cette carrière. Le DEP que j’ai fait est assez large. Par contre, les stages offerts tout au long du programme exposent les étudiants à plusieurs possibilités et aident à trouver sa voie dans l’industrie qui te conviendrait le mieux. Moi je me suis rendu compte que j’aime la production, peu importe le secteur: l’idée de prendre une matière première puis de la transformer en un produit me stimule.

3. Quel a été ton parcours?

J’ai obtenu un DEP au centre de formation Pierre-Dupuy à Longueuil puis j’ai travaillé comme contracteur avant de m’installer dans une usine de production; par la suite, j’ai suivi une formation continue au Collège Maisonneuve pour me spécialiser dans l’automatisation. Comme ce sont des cours de soir, en semaine, j’ai pu rester dans la même entreprise, mais j’ai changé d’usine pour pouvoir travailler sur des processus d’automatisation.

4. Quels parcours peuvent mener à ce métier?

Le DEP en électromécanique est vraiment la base; par la suite, on peut se spécialiser et aller chercher des licences (telles que la licence C d’électricien).
Mais je connais quelqu’un qui fait ce métier et qui a débuté avec un diplôme en soudure. Sa curiosité et son intérêt pour la robotique l’ont propulsé vers une spécialisation en programmation de robot soudeur. C’est un parcours particulier, mais avec les formations continues, tout devient possible!

5. Pour quels genres d’entreprises peut-on travailler?

En tant qu’électromécanicien, on peut travailler pour une compagnie qui fabrique, loue ou vend les équipements. On peut également travailler pour une entreprise qui offre des services mécaniques ou électriques. Chez une grande entreprise comme Agropur par exemple, un électromécanicien pourrait faire partie de l’équipe qui s’occupe de maintenance des machines.

6. Est-ce qu’un mécanicien ou un électricien pourrait faire la job d’un électromécanicien et vice-versa?

C’est possible, mais les parcours sont pas mal différents, tout dépend de la spécialisation et de l’expérience accumulée dans les années. Dans mon milieu, on cherche avant tout des personnes expérimentées et compétentes. Par exemple, un mécanicien ayant de l’intérêt pour l’électricité et l’automatisation peut s’inscrire à des formations en continu qui lui permettraient d’apprendre le second volet d’un électromécanicien.

7. Comment vois-tu l’évolution de ce métier dans l’avenir?

Je pense que c’est un métier qui va évoluer pour se spécialiser de plus en plus, en robotique ou l’analyse de vibration, en thermographie, en alignement mécanique et bien d’autres par exemple. D’autres corps de métier vont certainement se développer à partir du métier d’électromécanicien.

8. Quelles sont les perspectives d’emploi pour les électromécaniciens?

Il faut avouer qu’il y a un très bon taux de placement. Mais il faut être bien formé étant donné que les entreprises recherchent la crème de la crème. Pendant les deux ans que dure le DEP, on voit plusieurs corps de métiers et on constate que les besoins diffèrent d’une entreprise à l’autre selon leurs secteurs d’activités. C’est en ayant de l’expérience qu’on voit toutes les perspectives d’emploi et qu’on se spécialise.

9. Quel genre de personnalité convient pour le métier d’électromécanicien?

Le plus trait de personnalité le plus significatif pour ce métier, c’est la curiosité. Le côté manuel, lui, se développe au fur et à mesure qu’on acquiert de l’expérience. Il faut également être autodidacte; faire preuve de réactivité pour saisir les occasions, les formations et les mises à niveau. Finalement, il faut être capable de s’adapter aux nouvelles fonctionnalités rapidement.

10. Quelle est l’échelle salariale pour un électromécanicien?

Un électromécanicien en début de carrière peut gagner entre 22 $et 25 $ par heure. Avec quatre ou cinq années d’expérience, ce montant se situe entre 28$ et 32$ par heure.

As-tu une curiosité naturelle pour tout ce qui est manuel et un talent naturel d’autodidacte ? Connecte-toi à Frédéric pour jaser de sa carrière et recueillir de précieux conseils!

Retour à tous
Articles semblables