Academos Blogue Corporatif

Les bourses Accroche-cœur : 34 000 $ pour récompenser la persévérance scolaire.

Montréal (Québec), le 30 mai 2011 – La Fondation Jean-Michel Anctil et Academos ont uni leurs forces afin de récompenser la persévérance, la détermination et le dépassement de soi d’élèves qui ont eu des difficultés scolaires, mais qui se sont démarqués par l’amélioration de leurs notes et leur effort soutenu. Ainsi, 68 bourses de 500 $ ont été décernées à des jeunes de niveau secondaire provenant de toutes les régions du Québec. Voici les portraits de cinq des 68 lauréats rédigés par les intervenants scolaires ayant soumis leurs candidatures :

Aude Therrien-Sirois (Bas-Saint-Laurent)

« Le sourire aux lèvres, livres et ordinateur sous le bras, Aude circule dans les couloirs de la polyvalente d’un pas ferme afin d’être ponctuelle pour sa période de récupération en math. Demain, ce sera la récupération en anglais et après-demain, ce sera en histoire et ainsi de suite…et toujours avec le sourire aux lèvres! La dysphasie sévère de Aude l’amène à travailler d’arrache-pied et à respecter un horaire où l’effort et la persévérance sont toujours présents et ce, depuis le primaire! (…) Ses attitudes sérieuses et déterminées en font un bel exemple pour ses collègues de classe, sans compter qu’elle sait toujours se montrer respectueuse et reconnaissante envers son entourage. Aude a toute mon admiration et je recommande sans hésiter sa candidature pour l’obtention de cette bourse récompense. Et savez-vous quoi? Cette chère Aude donne même des conférences sur la dysphasie afin de sensibiliser les gens sur cette problématique, ce qui démontre bien son esprit d’initiative et la grande confiance en elle dont elle fait preuve!

* Aude, toute l’équipe-école est derrière toi et te souhaite la meilleure des chances! Continue tes beaux efforts!.»

Audrey-Ann Gagnon(Côte-Nord)

« (…) Pendant l’année scolaire en cours, elle a appris que son père était atteint d’un cancer. Évidemment, cette nouvelle est venue chavirer sa vie et celle de sa famille. Par chance, elle, son frère et ses parents forment une famille unie qui se soutient plus que jamais dans le malheur.

Donc, malgré cet évènement fort bouleversant pour elle et sa famille, elle a su garder la tête haute et redoubler d’efforts afin de maintenir ses résultats au-dessus des moyennes. (…) De plus, elle ne cesse de s’impliquer dans les activités scolaires, que ce soit au niveau sportif ou social. En effet, elle fait partie du Conseil étudiant où elle ne cesse d’amener des idées nouvelles et originales afin d’améliorer la vie étudiante dans l’école en plus d’être une joueuse de volleyball accomplie. Aussi, elle est un modèle d’assiduité, d’autonomie et de dévouement pour ses pairs. Audrey-Ann n’hésite pas à se proposer pour rendre service à un enseignant, à un membre de la direction ou même à un autre élève.

Bref, ce qui fait d’elle une élève méritante parmi tant d’autres, c’est qu’elle arrive à conjuguer avec brio vie sociale, vie scolaire et vie familiale malgré les épreuves qu’elle peut vivre.»

Jean-François Bertrand (Outaouais)

«  (…) cet élève a constamment le nez dans ses livres dans le seul but de terminer son secondaire 4 et d’aller suivre son DEP en Conduite de machinerie lourde en milieu forestiers. Il est passionné par deux choses dans la vie : le travail et la chasse. Cela se reflète tout naturellement sur son travail en classe. Étant dans le groupe du Secondaire Exploration Professionnelle (SEP), les élèves ont le droit d’inscrire sur un des murs de la classe une phrase qui les représente bien. Jean-François a écrit : « J-F Bertrand Born to work ». Cela démontre très bien le genre de personne qu’il est. De plus, n’étant pas un élève ayant beaucoup de facilité, il met les bouchées doubles dans le but de réussir avec les meilleures notes possibles.

(…) Toujours prêt à aider, il est le genre de personne qui ne regarde pas ce qu’il donne aux autres et qui n’attend rien en retour. Avoir la chance de travailler avec un élève de cette qualité fait en sorte, pour un enseignant, de mettre du soleil dans nos journées. De plus, cela nous donne le goût de continuer à travailler dans le domaine de l’éducation.

Du côté personnel, Jean-François est un très grand sportif. En plus de pratiquer la chasse et la pêche, J-F joue au hockey et au rugby pour l’équipe de l’école de Gracefield. Par son désir de réussite et de bien performer, il y met tout son cœur lorsqu’il embarque sur la surface de jeu. Cela a pour effet d’entraîner le reste de l’équipe dans son sillon et de transformer une défaite en victoire morale. (…)  »

Laura Leblanc (Saguenay-Lac-Saint-Jean)

«  (…) Atteinte de la fibrose kystique et en attente de greffe pulmonaire…Mais, pas question de lâcher l’école ! Elle suit le rythme et la cadence de ses amis avec détermination.

Malgré les hospitalisations à répétitions, les confinements à domicile, les absences aux activités scolaires pourtant si désirées, les rendez-vous et les « partys » manqués; elle continue d’apprendre et surtout de s’ouvrir aux autres et à la connaissance. Tant et si bien qu’aujourd’hui, elle rêve de finir son secondaire 5 et d’aller à son bal, comme toutes les filles de son âge. Elle y travaille fort même si elle ne peut plus se rendre à l’école, elle ne se décourage pas, elle travaille seule et avec ses professeurs à domicile. Ses amis, ses parents la supportent et parfois même sont supportés par elle.

Elle est en attente de greffe, elle devra aller vivre avec sa mère à Montréal près de l’hôpital Notre- Dame. Deux ans environ, pour tout le processus, lui a-t-on dit. Pendant ce temps son père et sa sœur resteront à Chicoutimi, école et travail obligent! Maman elle, devra quitter son emploi pour l’accompagner.

Laura continue malgré la souffrance de se battre, d’étudier et d’espérer. Mais quelle est donc sa recette ? Serait-elle universelle? Partageons-là, elle pourrait peut-être nous dévoiler de grands secrets.

Recette de Laura :

Mélanger un soupçon de tendresse et de détermination
Incorporer une grande quantité de joie de vivre
Tamiser un volume égal de souffrance et de courage
Ajouter une poignée de vrais amis et de support moral
Ouvrir son cœur et épépiner sa colère
Le farcir de compassion et d’acceptation
Couper et laver les idées noires
Colorer ses petits matins de solitude
Napper le tout de travail et de gratitude
Laisser mijoter sa vaillance et sa soif de vivre
Accompagner de mille et un élèves en action
Réchauffer ses amis, son équipe d’intervenants et ses parents
Incorporer son espoir, son amour et son travail acharné.
Laura est un bel exemple pour tous les jeunes qui se battent pour continuer! La semaine prochaine, elle s’inscrit au CEGEP pour pouvoir continuer!  »

Maxime-Olivier Gagné (Nord-du-Québec)

«  (…) À son entrée à la polyvalente, tous ont constaté que Maxime-Olivier était un jeune garçon attachant, mais qui manquait de confiance en ses capacités et aussi de maturité. De plus, il éprouvait certaines difficultés académiques, c’est pourquoi il a été classé en cheminement particulier et ne suivait aucun cours dans le secteur régulier. Cette première année était, en fait, une transition entre le primaire et le secondaire afin qu’il puisse s’adapter à son rythme à la réalité du secondaire.

À sa seconde année, cherchant à le motiver, notre technicienne spécialisée a proposé de lui offrir le cours de science et technologie de la première année du secondaire régulier. Cette idée fut immédiatement acceptée par la direction et c’est ce qui m’a permis de connaître Maxime-Olivier. Au tout début, il était enchanté, mais nerveux de faire des sciences. Il craignait ne jamais y arriver. Puis, avec mon aide, mais surtout celle de la technicienne, il connut une première réussite qui ouvrit la porte à une série d’autres succès. Il avait alors goûté à la réussite et bientôt, il en redemanda. Suite à cette année d’efforts, il termina son cours de science avec un tel succès que cette année, il suit le programme de la première secondaire dans trois matières (histoire, français et éthique et culture religieuse) et celui de deuxième secondaire en science et technologie.

Maxime-Olivier a vraiment pris sa réussite en main. Il est à présent autonome et de plus en plus confiant en ses capacités. Cet élève travaille fort et de façon assidue. Il n’hésite pas à faire lui-même les démarches pour bénéficier d’explications supplémentaires et de périodes de récupération. Il est magnifique de voir à quel point il a sa réussite à cœur. Il est motivé dans toutes ses matières scolaires et l’équipe enseignante est très fière de lui. De plus, cette phrase de notre technicienne représente bien le sérieux et l’implication de Maxime-Olivier dans ses études : « Si tous les élèves fournissaient ne serait-ce que la moitié des efforts de Maxime-Olivier, ils se rendraient tous à leur cinquième secondaire. (…) .»

Pour connaître l’ensemble des gagnants, nous vous invitons à vous rendre sur le site : mabourse.ca.

La Fondation Jean-Michel Anctil et Academos désirent remercier le ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport pour son soutien financier, qui a permis de doubler cette année le nombre de bourses offertes.

À propos d’Academos

Academos appuie le choix de carrière des jeunes en les mettant en contact avec des personnes actives dans le monde du travail. Notre service principal est le cybermentorat : près de 18 000 jeunes ont profité d’une relation avec un cybermentor l’année dernière. Academos est un projet de la Corporation Éducentre de Bois-de-Boulogne et fait partie des mesures de la Stratégie d’action jeunesse 2009-2014 du gouvernement du Québec pour favoriser la persévérance scolaire et faciliter le choix de carrière. Academos est également soutenu financièrement par plusieurs partenaires corporatifs, dont la CDEC Ahuntsic-Cartierville, l’Ordre des comptables agréés du Québec, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec et la Fondation RONA.

À propos de la Fondation Jean-Michel Anctil

Mise sur pied en octobre 2006, la fondation Jean-Michel Anctil a pour objectif de soutenir financièrement et autrement des organismes de bienfaisance enregistrés qui luttent contre le décrochage scolaire chez les jeunes. La Fondation JMA souhaite par différentes actions, sensibiliser et mobiliser tous les acteurs socio-économiques du Québec et ainsi augmenter de façon significative le pourcentage de jeunes diplômés.

Retour à tous
Articles semblables