Academos Blogue Corporatif Événement

Repenser l’école : un weekend pour réinventer la journée d’école du 21e siècle

Le weekend dernier avait lieu la deuxième édition du blitz de co-création Repenser l’école un événement organisé par Credo à l’initiative de 14 entrepreneurs sociaux qui ont à cœur l’éducation, comme citoyens, comme éducateurs ou comme parents. Je fais moi-même partie de ces 14 entrepreneurs, comme dirigeante d’Academos et comme maman d’Octave, 6 ans, qui commence son parcours scolaire cette année.


Des membres de l’équipe d’Academos étaient également sur place comme bénévoles. Nous œuvrons tous les jours en éducation en aidant les jeunes dans leurs choix de carrière. Repenser l’école nous offre une occasion formidable d’imaginer des solutions concrètes à des enjeux réels vécus au quotidien dans nos écoles, mais sur lesquels nous ne travaillons pas nécessairement dans notre organisme. L’an dernier, ces enjeux étaient l’accompagnement de l’élève, le design des écoles, le menu du dîner et la formation continue des enseignants.

Défi 2018 : Et si on repensait une journée à l’école?

Cette année, les quelque 150 participants avaient comme défi de revisiter une journée-type à l’école, du réveil au retour à la maison, à l’intérieur et à l’extérieur des murs de l’école, pour un élève qui entrera bientôt au secondaire. Les équipes formées devaient réaliser leurs travaux au regard des notions de réussite éducative, du projet éducatif de l’école, des connaissances et compétences à acquérir, ainsi que des approches pédagogiques à privilégier et des conditions de succès pour y arriver (environnement bâti, etc.).

Ce qui m’a frappée dès le départ, lors du lancement de l’événement le vendredi soir au Musée des Beaux-Arts de Montréal, c’est l’énergie et la volonté ferme de changer concrètement les choses des participants. Tous étaient mobilisé et prêts à attaquer notre défi lancé cette année. Tous partageaient cette même préoccupation d’agir concrètement pour offrir une école qui développe au mieux le potentiel de chaque enfant, qui est stimulante, qui développe la créativité. Une école bienveillante, dans laquelle les enfants et les adultes s’épanouissent. Une école inclusive, où tous possèdent les mêmes chances.

C’est d’ailleurs ce à quoi nous a invités à réfléchir la philosophe et enseignante au collégial Joëlle Tremblay en conférence d’ouverture. Pour nous inspirer, Isabelle Senécal du Collège Sainte-Anne nous a présenté l’avancement des travaux de leur futur projet pédagogique. Le weekend a d’ailleurs été riche en conférences inspirantes : Noah Redler nous a enseigné l’art du pitch, l’auteur Marc-André Carignan nous a fait rêver avec des écoles-modèles d’ici et d’ailleurs, Jean-Guillaume Dumont de l’Association Edteq nous a inspirés en parlant du rôle de la technologie dans l’éducation, et enfin, les représentants des différents partis politiques sont venus entendre les idées des équipes au terme de l’événement.

Un blitz de 18 heures pour réimaginer la journée d’école

Le samedi, dès 9 h, alors qu’il faisait un temps estival sur Montréal, les équipes étaient au rendez-vous pour repenser la journée d’école. Cette partie de l’événement est celle que je trouve la plus impressionnante personnellement. En moins de 24 heures, des personnes qui proviennent de différents horizons et qui ont des compétences et des expériences hétérogènes doivent déterminer la nature de leurs projets et en faire quelque chose de concret et de réalisable dans n’importe quelle école. Tout un défi que les équipe ont su relever avec brio!

Pour une équipe, la journée d’école idéale passera par les arts, alors que dans une autre équipe, on voit plutôt l’élève comme un jardinier. On peut visionner les pitchs des équipes devant notre jury d’élèves sur la page Facebook de Repenser l’école. Ce qui est frappant, au final, ce sont les convergences dans les projets, bien que les équipes aient travaillé isolément.

TOUS les projet laissaient une place importante à l’autonomie de l’élève et à la créativité.

TOUS les projets étaient inclusifs en prévoyant des tâches, des apprentissages, des modalités d’enseignement, des lieux, des rythmes qui tiennent compte des différences multiples chez nos enfants.

TOUS les projets incluaient des éléments porteurs de changements réels, mais qui sont réalisables à peu de frais ou dans des écoles existantes.

TOUS les projets donnaient une grande place aux relations authentiques et bienveillantes entre les parties prenantes de l’école et de la communautés, incluant les élèves, les enseignants, le personnel de direction, les professionnels, le personnel de soutien, les parents, les entreprises et organismes de la communauté, etc.

J’ai très très hâte de voir la publication à paraître plus tard cet automne, qui présentera les meilleures idées recueillies durant cette fin de semaine emballante!

Retour à tous
Articles semblables