Academos Blogue Intervenants jeunesse

5 faits intéressants sur la formation générale des adultes

Cet article a été rédigé par Alex Tardy,
Conseiller d’orientation au Centre de services scolaire des Samares et
Conseiller en formation chez ChallengeU

Bien que nous ayons tous passé par le milieu scolaire, peu d’entre nous ont eu à transiger vers le milieu des adultes, c’est-à-dire la formation générale des adultes (FGA, de son acronyme). Dès ma première journée dans un centre FGA, en tant que professionnel, j’ai découvert une tonne de choses que je n’avais jamais apprises lors de ma formation universitaire. Entre autres, j’ai réalisé que l’univers de la FGA est peu connu des intervenants, mais aussi des différents acteurs du milieu scolaire.

Ceci étant dit, en tant qu’intervenant, peut-être que vous avez des jeunes adultes qui vivent des difficultés académiques et dont le décrochage scolaire est possible. Alors, comment savoir si la FGA est une solution?

Afin de vous guider dans cette réflexion, j’aimerais vous partager aujourd’hui cinq faits sur la FGA que j’aurais aimé connaître avant d’y travailler!

1. La motivation, un moteur essentiel pour mener vers la réussite

Lorsqu’on se lance dans l’aventure de la FGA, nous savons tous et toutes que ça prend une motivation soutenue et beaucoup d’organisation pour y arriver. L’une des premières choses que j’ai découvertes en y travaillant c’est que les élèves qui passent au travers doivent rester motivés tout au long, surtout s’ils décident d’étudier à distance.

Il est difficile de maintenir une motivation accrue si l’objectif se situe à trop long terme. De plus, le type de clientèle que l’on retrouve dans la FGA fait face à plusieurs défis du quotidien, soit travail à temps plein/partiel, enfant, problèmes de santé, etc. Tout ça pour dire que la FGA demande beaucoup de motivation de la part de l’élève.

De ce fait, il est primordial de poser certaines questions à un.e jeune-adulte qui envisage la FGA :

  • Quels sont ses objectifs par rapport à la FGA?
  • Combien de temps veut-il ou veut-elle consacrer à ses études pour atteindre son objectif?
  • De quelle manière entrevoit-il ou entrevoit-elle ce nouveau défi?
  • Comment va-t-il ou va-t-elle concilier travail-famille-études?
  • Quelles sont les embûches potentielles qui pourraient l’amener à abandonner?
  • Quelles sont ses stratégies pour transiger vers une potentielle réussite?
  • Est-ce qu’il y a eu des changements depuis son parcours scolaire au secondaire?
  • À quel degré se situe son niveau de motivation?

L’objectif premier de ces questions est d’évaluer avec le ou la jeune son niveau de motivation à moyen et long terme.

2. Le test de développement général (TDG), un outil clé

Autre que la FGA, il existe d’autres moyens d’évaluer les acquis du jeune adulte afin de simplifier son parcours scolaire comme le test de développement général (TDG). Plus concrètement, ce test est une autre porte d’entrée pour la formation professionnelle, puisqu’il évalue les compétences générales du répondant dans le but de déterminer si celui-ci est en mesure de réussir adéquatement une formation de niveau professionnel. À noter que le jeune adulte doit être majeur soit avoir 18 ans et plus pour passer le TDG.

Prenons par exemple un jeune qui réussit le TDG et qui possède le préalable exigé soit son français de 2e secondaire. Celui-ci sera en mesure d’accéder à la formation professionnelle de son choix grâce à la combinaison des préalables et de la réussite de son TDG. Il faut savoir que l’option TDG permet au jeune adulte d’évaluer ses acquis plus rapidement et ainsi poursuivre son parcours scolaire sans avoir à compléter plusieurs niveaux de la FGA. Bref, le TDG et les préalables spécifiques sont donc un plan d’action potentiellement bien plus réaliste à court et/ou moyen terme.

3. Au menu, autonomie et autodiscipline

L’une des grandes questions qui subsiste en lien avec la FGA : est-ce que cette dernière est plus rapide que la formation générale des jeunes? En théorie oui, en pratique pas toujours.

Pour assurer une vitesse de croisière optimale, il faut être avant tout autonome et surtout avoir énormément d’autodiscipline. La procrastination est sans aucun doute le pire ennemi de tous les élèves et les étudiants, et ce, même en FGA. Néanmoins, si l’élève en question gère son temps adéquatement, il aura la réelle impression de tenir son avenir entre ses mains et ce sentiment n’est nullement négligeable!

Bon à savoir : Pour être éligible à la formation générale des adultes, il faut qu’au 30 juin de l’année d’inscription, le ou la jeune soit âgé.e de 16 ans. Avant de référer un.e jeune, assurez-vous que cette information est valide.

4. Une structure flexible pour tous et toutes

La flexibilité. Un élément clé pour la réussite des élèves de la FGA. Il existe plusieurs manières d’étudier à la FGA ce qui permet de concilier facilement ses études à sa vie d’adulte. Évidemment, ce ne sont pas tous les modèles qui correspondent aux besoins ainsi qu’à la personnalité de tous. De jour ou de soir? À distance ou en présentiel? Temps plein ou temps partiel? Il va sans dire que tous les modèles sont bons. Il suffit de prendre le temps de se poser la question et d’évaluer le besoin du jeune adulte selon ce qui semble correspondre davantage à son mode de vie et ses objectifs.

5. Le SARCA, un service d’aide, de référence, de conseil et d’accompagnement à portée de main

La FGA est complexe. Chaque individu est différent et il faut prendre le temps d’évaluer leur situation un par un afin de les conseiller comme il se doit. Mais saviez-vous que chaque centre de formation générale des adultes détient un département appelé le SARCA? Ce service gratuit pour les jeunes adultes est certainement la meilleure invention de la FGA à mon humble avis. Bien que méconnu, le service est très bien construit ce qui permet à quiconque de s’informer facilement sur la FGA, d’évaluer ses besoins, cibler un objectif professionnel et même de dresser un plan de formation pour assurer une réussite optimale.

Il faut savoir que chaque SARCA procède de manière différente. Alors, si vous avez des questions sur les services ou encore savoir si la FGA est une solution envisageable pour votre élève, les professionnels dans les centres pourront vous aider à y voir plus clair.

Retour à tous
Articles semblables