Academos Blogue Jeunes Bonus

5 idées reçues sur le travail en aluminerie

Le travail en aluminerie, ça consiste à quoi? Pour découvrir à quoi ça ressemble vraiment, Academos est allé visiter Alcoa – Aluminerie de Deschambault. Eh bien, ce n’est pas du tout comme on se l’imaginait! Pour te convaincre, voici cinq idées reçues qu’on avait sur le travail en aluminerie avant notre visite.

1. Le travail dans une aluminerie est très physique et mieux adapté aux hommes

Traditionnellement, le secteur de la métallurgie accueillait plus d’hommes que de femmes. Mais, avec le développement de nouvelles technologies, le secteur a considérablement évolué. À l’échelle mondiale, l’industrie de l’aluminium offre un environnement de travail très inclusif pour les hommes et les femmes dans tous les départements et fonctions. Lors de notre visite à l’Aluminerie de Deschambault, on a été agréablement surpris d’apercevoir autant de femmes dans les carrières manufacturières.

2. Beaucoup d’équipements lourds contenant du métal en fusion sont opérés en aluminerie, ce qui en fait un milieu de travail moins sécuritaire

Une autre idée reçue sur le travail en aluminerie est qu’il s’agit d’un milieu de travail peu sécuritaire. C’est vrai, il y a certains risques liés à la production d’aluminium. Ça nécessite quand même d’opérer des équipements lourds contenant du métal en fusion, tsé. C’est pour cette raison qu’Alcoa fait de la sécurité une priorité absolue!

La sécurité des employés est assurée de plusieurs façons, par des procédés et par la technologie. C’est pourquoi dans certains sites, des équipements robotisés contribuent à renforcer la sécurité. Les véhicules sont aussi équipés de voyants lumineux et de signaux sonores pour alerter les travailleurs au sol quand des équipements sont à proximité.

Bref, la sécurité, on ne niaise pas avec ça!

3. Travailler dans une usine, c’est sale

On imagine souvent, à tort, que les usines sont des endroits sales, poussiéreux où toutes les surfaces sont couvertes de graisse noire. La vérité, c’est qu’on en a fait du chemin depuis la révolution industrielle (petit clin d’oeil à tes cours d’histoire)! Bien qu’une aluminerie ne soit pas un établissement médical stérile, on est loin de l’image qu’on en peint dans certains films d’époque.

On a été surpris de voir à quel point les lieux de travail sont propres et organisés à l’intérieur d’une usine. Puis, quels que soient les risques, les employés portent des équipements de protection individuelle en tout temps. Comme ça, pas de risque de se salir!

4. L’industrie de l’aluminium se soucie très peu de l’environnement

Au contraire, c’est une préoccupation constante! Les alumineries d’Alcoa au Québec fonctionnent à l’énergie hydroélectrique, qui est une énergie propre. En plus, l’Aluminerie de Deschambault est un leader mondial dans la gestion de l’eau grâce à son système de rejet zéro d’eau de procédé, qui permet de réduire la consommation d’eau potable grâce à l’eau de pluie recueillie sur place.

Son laboratoire hautement reconnu offre des services d’analyse à des clients du monde entier. Des filtres et des capteurs sont installés à l’intérieur et autour de l’usine pour collecter et tester les émissions. Des panneaux solaires sont également installés sur le pourtour de l’usine pour réduire sa consommation d’énergie. En 2019, l’Aluminerie de Baie-Comeau a reçu la certification Aluminium Stewardship Initiative (ASI), la plus haute norme de l’industrie en matière de gestion durable des opérations. Alcoa a également été nommée leader de l’industrie de l’aluminium dans l’indice de durabilité Dow Jones 2019.

Bref, Alcoa se soucie vraiment de l’environnement. Et, l’une de ses priorités stratégiques mondiales est de progresser de manière durable.

5. Le secteur de l’aluminium au Québec produit principalement du papier d’aluminium

C’est vrai, le papier d’aluminium est l’un des nombreux produits fabriqués dans l’industrie, mais c’est loin d’être le seul! En effet, la plupart des produits de consommation, des véhicules, des avions et des bâtiments utilisent de l’aluminium. C’est le matériau de prédilection de la vie moderne!

Les alumineries d’Alcoa au Québec ne fabriquent pas de papier d’aluminium, mais elles ont une capacité de production annuelle de près d’un million de tonnes métriques de plaque (principalement destinées aux laminoirs pour la fabrication de feuilles pour les emballages et les carrosseries automobiles), de lingot-T (destinés aux fonderies pour la fabrication de pièces moulées, notamment pour le secteur automobile) et de billette (destinée aux extrudeurs pour la fabrication de pièces pour l’industrie du transport et de la construction).

Pour en savoir plus sur ce à quoi ressemble le travail en aluminerie, regarde la vidéo de notre passage à l’Aluminerie de Deschambault :

Et, pour en savoir plus sur les nombreux métiers du secteur, connecte-toi sur Academos et discute avec des mentors qui travaillent en aluminerie. Ils pourront répondre à toutes tes questions!

Parle avec un mentor
Retour à tous
Articles semblables