Academos Blogue Jeunes Bonus

Utiliser son temps libre pour (re)penser son objectif de carrière!

Alors que plusieurs (dont peut-être toi ou tes amis) ne cessent de penser à ce qui arrivera après la pandémie actuelle, chez Academos, on a plutôt envie de t’amener à réfléchir au moment présent et à profiter de ton temps libre pour penser à ton objectif de carrière. Que tu sois sur le marché du travail depuis 5 ans, que tu commences ta première job d’adulte ou que tu sois encore aux études,  ces quelques activités basées sur le “design thinking” pourront te guider dans ta réflexion. 

Se poser les bonnes questions 

Le premier exercice consiste à se poser quelques questions. En effet, on l’oublie souvent, mais le travail contribue grandement à donner un sens à notre existence. Prendre le temps de te poser quelques questions “existentielles” te permettra d’établir ta vision globale sur le travail et de mieux définir ton objectif de carrière. 

Les réponses à ces questions te donneront des indices sur ce qui t’anime réellement et te permettront de mieux définir ton projet professionnel. Si tu ne sais pas par où commencer, voici des questions auxquelles tu peux prendre le temps de répondre: 

ATTENTION – (Il ne s’agit pas ici de faire une recherche Wikipédia, mais bien de répondre honnêtement ce que tu penses face à ces questions)

Sur le travail 

  • Pourquoi les humains travaillent? À quoi sert le travail? 
  • Comment le travail te relie-t-il aux autres et à la société? 
  • Qu’est-ce qui définit un travail bien fait?
  • Qu’est-ce que tu ferais si l’argent n’était pas important?
  • Comment un travail peut-il te permettre de grandir et de découvrir de nouvelles choses?

Sur la vie 

  • Pourquoi on existe? (Allez, tu as sans doute réfléchi à ça dans ton cours de philo! ;))
  • C’est quoi le sens de la vie pour toi? 
  • Quel est le lien entre l’humain et ses pairs? 
  • Quel place occupe la joie, la justice, l’amour, la paix (et n’importe quelles autre valeurs que tu juges importantes) dans ta vie?

Et si tu compares

Maintenant que tu as pris une belle heure pour réfléchir à ces questions plutôt que d’écouter une série Netflix, prend le temps de répondre honnêtement aux questions suivantes : 

  • Qu’est-ce qui se recoupe comme point de vue entre ta vision du travail et de la vie? Quelles sont les similarités? 
  • Où y a-t-il des divergences? 
  • Est-ce que tu as plus l’impression qu’une sphère domine sur l’autre (le travail ou la vie en général)?

Observer son quotidien pour mieux se comprendre

Tu as peut-être déjà entendu dire que travail et plaisir étaient incompatibles. La vérité, c’est  que le plaisir est la clé pour définir un objectif de carrière motivant. Et le plaisir, c’est quand tu es 100% engagé et énergisé dans une tâche ou une activité. 

Une bonne façon d’identifier les activités qui te rendent heureux est de tenir un journal. 

Durant les trois prochaines semaines, tiens un journal de toutes les activités que tu réalises. Toutes, toutes, toutes. Tu n’as qu’à prendre 10 minutes le soir pour consigner le tout. Pour chacune des activités, tu pourras noter sur une échelle de 1 à 10 les trois critères suivants (tu peux te tracer des petits thermomètres ou des cadrans sur tu te sens créatif, tsé!) : 

Engagement 

L’engagement, c’est le contraire d’être ennuyé ou malheureux de faire quelque chose. Donc, ton niveau d’engagement, c’est un peu à quel point tu étais content de faire ce que tu faisais et à quel point tu étais 100% concentré sur ta tâche/activité. 

Ton “flow”

Le flow, c’est quand tu fais quelque chose et que tu ne vois pas le temps passer, que tu te sens limite euphorique en faisant cette tâche ou cette activité. Le flow, c’est savoir exactement ce que tu dois faire, sans trop y réfléchir (comme faire la vaisselle, mettons ;)). Quand tu es dans ton flow, tu es calme et tu te sens en paix en dedans de toi. 

Énergie 

L’énergie, ça n’a pas juste rapport avec le fait d’être en forme et de bien manger, ça a aussi un lien avec l’effort que notre cerveau doit mettre pour réaliser quelque chose. Des tâches ou des activités qui ont l’air banal peuvent être extrêmement énergivores (comme animer un jeu de table, par exemple!). Là, tu vas me dire que de le niveau d’énergie, et le niveau d’engagement c’est la même chose. Oui et non. C’est vrai que souvent, on va penser qu’un haut niveau d’engagement coïncide avec un haut niveau d’énergie, mais ce n’est pas toujours le cas. Alors, il est question ici de noter si faire ladite activité/tâche t’a vidé de tout ton jus ou non. 

À la fin de chacune des semaines, c’est le temps de prendre un moment pour observer tes notes. Prends le temps d’analyser les activités/tâches où tu as noté le plus haut niveau d’engagement et d’énergie et réfléchis aux éléments suivants : 

  • Qu’est-ce que tu faisais plus précisément? Est-ce que c’était prévu ou imprévu? Est-ce que tu devais jouer un rôle particulier (genre être le leader parce que c’est toi le plus vieux chez toi)? 
  • Où étais-tu? À l’intérieur, dehors? Dans une pièce en particulier, en voiture? 
  • Avec qui interagissais-tu? Est-ce que c’était formel ou informel? Qui d’autres participaient à l’activité/tâche et que faisaient-ils? 
  • Est-ce que tu avais à manipuler un objet en particulier?

Puis, à la fin des trois semaines, tu seras en mesure d’identifier les activités pour lesquelles tu te sens plus engagé, celles qui t’énergisent et celles qui te permettent d’entrer dans ton flow. 

Explorer le monde du travail sans se mettre de pression

Maintenant que tu t’es interrogé sur ta vision du travail et que tu as identifié les activités qui te procurent le plus de plaisir, tu es prêt à explorer le monde du travail (sans te mettre de pression!). 

En partant des constats qui ont émergé de ta réflexion, amuse-toi à faire une recherche par mots-clés dans la barre de recherche de mentors Academos (il faut que tu t’inscrives d’abord). Tu pourras explorer des profils de gens qui ont des métiers liés à ce qui t’anime le plus OU qui ont des points en commun avec toi. Tu pourras échanger sur leur parcours et ainsi mieux définir ton objectif de carrière. Écarte systématiquement les pensées du genre «je suis trop vieux/jeune/inexpérimenté/peu instruit/surqualifié ». Garde ton esprit ouvert, la clé est vraiment de ne pas t’imposer de limites basées sur tes idées préconçues.

Tout au long de ta vie, tu pourras refaire ces exercices quand tu te sentiras perdu face à ton choix de carrière. Rappelles-toi que ton objectif de carrière n’est pas figé et que rien ne t’empêche de le revoir dans le futur. Cherche les thèmes qui se répètent et qui te font vibrer. Ce sont là les points communs, alors que les réactions qu’ils suscitent chez toi révéleront tes véritables forces et intérêts. La pensée d’une carrière ou d’un environnement de travail particulier te rend-elle anxieux? Sens-tu un certain resserrement dans ton estomac? Ou encore, respires-tu enfin peut-être pour la première fois depuis quelques mois? T’imagines-tu en train de réaliser ces tâches, de travailler dans le domaine et de contribuer à l’effort d’équipe? Bref, observe. C’est la première étape devant toute grande réflexion! 

Retour à tous
Articles semblables