Academos Blogue Jeunes Entrevues

Jesse Dion, policier patrouilleur à la sûreté du Québec, nous parle de son métier!

C’est une passion pour les émissions d’enquêtes policières qui a mené Jesse Dion vers sa profession. Aujourd’hui, il travaille à la Sûreté du Québec comme policier patrouilleur et il détient un certificat en toxicomanie. Comme quoi on peut trouver l’inspiration pour son choix de carrière partout, même dans les séries télé! Pour en savoir plus sur son métier et son parcours professionnel, on lui a posé quelques questions. 

En quoi consiste ton métier?

Je patrouille un secteur donné et je dois répondre aux appels d’urgence en lien avec la police. Principalement, mon travail est d’appliquer les lois et règlements du Québec pour assurer la sécurité de la population. 

Plus jeune, est-ce que tu t’imaginais être policier patrouilleur? 

Plus jeune, j’aspirais à devenir médecin légiste, car j’étais fasciné par les émissions d’enquêtes que diffusait Canal D. (Avoue que tu le comprends! Vive les séries d’enquêtes sur Netflix! 👀)

Toutefois, en faisant un test d’orientation au secondaire, le métier de policier est ressorti, car j’avais un profil d’emploi de type social. J’ai donc tenté ma chance dans ce domaine.

Plus jeune, quelles étaient tes passions?

J’adorais le skateboard et la planche à neige. J’ai découvert l’entraînement physique à 15 ans et c’est devenu mon principal passe-temps. J’ai toujours été un passionné de musique et aujourd’hui, à 27 ans, j’ai décidé d’apprendre à en jouer. (Jamais trop tard pour essayer de nouvelles choses! 😉)

Décris brièvement ton parcours. Est-ce qu’il y a des choses qui pourraient nous surprendre?

J’ai eu un parcours scolaire somme toute conventionnel. Une fois l’école secondaire terminée, j’ai été admis au cégep en techniques policières. En sortant du cégep, j’ai été admis à l’École nationale de police du Québec (ENPQ) et j’ai commencé le métier de policier à 21 ans. 

Quelles sont les qualités requises pour exercer le métier de policier patrouilleur?

Le jugement est une qualité primordiale, car contrairement à beaucoup d’emplois, nous travaillons en réaction à des situations et bien souvent nos décisions doivent être prises en quelques secondes. (Ça c’est bien vrai et ça ne doit pas toujours être facile!)

Selon moi, le respect est aussi une autre grande qualité d’un bon policier. Étant donné que nous travaillons pour la population, il est de notre devoir de faire preuve de respect envers les gens. Le respect passe par l’écoute, la politesse et aussi de traiter chaque personne de la même façon.

Qu’est-ce qui te fait le plus « tripper » dans ta job?

Je suis fier de mon travail lorsque je croise des citoyens qui me reconnaissent et qui me remercient pour le service que je leur ai rendu. C’est dans ces moments que je constate l’impact direct que nous avons sur les gens.

Une autre facette de mon travail que j’apprécie beaucoup est les opérations spéciales à grand déploiement. Mon travail m’a permis de voyager à Natashquan, au Nunavik, à Charlevoix, etc. Ce sont des souvenirs qui seront à jamais gravés dans ma mémoire. 

As-tu eu ou as-tu encore des mentors? Pourquoi?

Je ne connaissais pas l’application Academos avant mon entrée dans la police.

Par contre, dans mon milieu de travail, j’ai des collègues que je considère comme des mentors puisqu’ils m’ont épaulé au cours de mes premières années comme policier. Je leur dois beaucoup car ils m’ont aidé à me former une identité professionnelle qui me représente.

As-tu des conseils pour les jeunes qui souhaiteraient se lancer dans une carrière comme la tienne?

Se tenir en forme le plus possible, car il y a des tests physiques à plusieurs moments dans le parcours d’un futur policier.

Persévérer à l’école, à tous les niveaux. Le policier de nos jours n’est pas seulement une force brute, il doit aussi être intelligent, avoir un sens critique et bien maîtriser la langue parlée et écrite.

Comment arrives-tu à concilier ton travail et ta vie personnelle?

L’horaire d’un policier patrouilleur est normalement de rotation jour/soir/nuit. Étant célibataire et sans enfant,  je n’ai aucune difficulté à concilier mon horaire et ma vie personnelle. D’ailleurs j’y trouve certains avantages; il y a beaucoup moins de gens chez Costco le lundi matin comparativement au samedi après-midi! (Ah bin! C’est une façon de voir les choses! On sait maintenant où on risque de croiser Jesse un lundi avant-midi! 😂)

Plus sérieusement, l’aspect le plus difficile de notre travail est qu’il nous arrive souvent de devoir rester après le quart de travail, car nous sommes à la merci des événements qui surviennent sur notre territoire. Nous avons un dicton qui dit: dans la police, tu sais quand tu commences, mais tu ne sais jamais quand tu finis. 

via GIPHY

As-tu déjà éprouvé des doutes en ce qui concerne ton choix de carrière?

Lors de mes deux premières années comme patrouilleur, je travaillais pour un service de police municipal. Mon manque d’expérience faisait en sorte que je dépendais énormément de mes collègues seniors et cela avait pour effet de me procurer un stress important lorsque j’étais au travail. Je sentais que je n’arriverais jamais à m’intégrer au groupe.

Les choses se sont passées lorsque j’ai été embauché à la Sûreté du Québec. J’ai eu la chance d’avoir un coach avec beaucoup d’années d’expérience qui m’a appris à travailler et qui m’a fait sentir dès le début comme un rouage de l’équipe.

Considères-tu que tu gagnes bien ta vie?

Amplement.

As-tu eu à surmonter des difficultés dans ton parcours scolaire et professionnel? Comment as-tu fait?

Durant tout mon parcours scolaire, j’étais un élève très hyperactif et j’ai assurément été le démon de beaucoup d’enseignants. Cela a eu pour effet de me mettre plusieurs professeurs à dos. Par chance, j’avais une facilité à l’école et une résilience qui m’a permis de passer à travers mon parcours.

 

Tu te reconnais à travers Jesse? Son parcours t’inspire? Eh bien, inscris-toi sur Academos, tu pourras discuter avec lui ou avec d’autres mentors! 

 

Parle avec un mentor

Retour à tous
Articles semblables