Academos Blogue Mentors

6 conseils pour parents inquiets face au choix de carrière de leur ado

Vous constatez que votre adolescent ne vous parle pas de son choix de carrière et cela vous inquiète?Vous ne savez pas comment l’accompagner dans ses choix et ses actions? Vous craignez que votre enfant ne s’aligne pas dans la bonne direction?

Plusieurs études au Québec ont déterminé que les parents sont un des principaux facteurs d’influence dans le choix d’orientation du jeune. On le constate aussi ailleurs au Canada et dans d’autres pays du monde. Votre rôle dans ce processus n’est donc pas à sous-estimer!

Nous croyons pertinemment qu’il y a certaines attitudes à privilégier afin de faciliter le processus d’orientation de votre jeune, particulièrement au regard des changements qui bouleversent actuellement le marché du travail. C’est pourquoi nous proposons, à tous les parents inquiets, notre palmarès des 6 des trucs et conseils à privilégier pour participer activement et positivement au processus de choix de carrière de votre enfant!

1. L’encourager à vivre des expériences diversifiées

Il faut le voir pour le croire, il faut l’essayer pour le comprendre. Permettre à un jeune de vivre une ou plusieurs expériences enrichissantes telles que du bénévolat ou des stages d’un jour, de pratiquer des sports, de faire de l’art, de jouer d’un instrument de musique ou d’obtenir un premier emploi étudiant, ce sont là différentes expériences qui l’amènent à mieux se connaître.

Au travers divers loisirs et activités, le jeune apprend à développer ses compétences, préciser ses intérêts et surtout, mettre son projet de vie personnelle et professionnelle en action. Tenter de nouvelles expériences est une façon gagnante pour en apprendre davantage sur soi-même!

2. Souligner ses réussites

Rien de mieux que de sentir que nos parents sont fiers de nous! Les encouragements reçus par une personne significative sont l’un des facteurs les plus déterminants dans le sentiment d’efficacité personnelle. En effet, recevoir des rétroactions permet au jeune d’ajuster ses actions, puis de s’améliorer, ce qui le pousse à aller de l’avant.

N’hésitez donc pas à le questionner sur ses attentes ou ses appréhensions face à son avenir, après tout, il sera plus facile pour le jeune de se sentir soutenu et encouragé si vous démontrez un intérêt envers son parcours et ses idées, bien qu’elles puissent parfois vous sembler irréalistes ou farfelues!

3. Reconnaître les échecs comme des occasions d’apprentissage

Au contraire, rien de pire que de sentir que nous avons déçu nos parents. Échecs à l’école, changement de programme, problèmes dans un premier emploi sont des exemples de situations très fréquentes et probables qui peuvent survenir dans la vie du jeune. Celles-ci peuvent apporter leur lot de stress et de déceptions chez le jeune, mais si elles sont utilisées de façon à en retirer des apprentissages, elles peuvent s’avérer très enrichissantes. Il est donc important de dédramatiser l’échec avec votre jeune, puisque cette attitude se veut plus mobilisante et facilite la mise en place de stratégies gagnantes.

4. Comprendre la présence du stress

Saviez-vous que 26 % des 15 à 29 ans vivent un stress élevé au quotidien (Institut de la statistique du Québec, 2019)? De plus, selon le rapport La génération Z et sa vision du milieu du travail que nous avons récemment publié, pas moins de 98 % des jeunes de 14 à 26 ans entretiennent des inquiétudes face au marché du travail.

Vous comprendrez que la pression est donc déjà assez forte chez les jeunes et celle-ci peut s’avérer paralysante à certains moments. Si le stress fait partie du processus de prise de décision, il est toutefois important d’apprendre à le gérer ou encore l’utiliser de façon productive. C’est pourquoi discuter avec votre jeune à propos de ses émotions, l’inciter à se doter de stratégies de gestion du stress, puis l’encourager à avoir de saines habitudes de vies demeurent des stratégies aidantes.

5. Assurer le développement de son autonomie

Un des rôles principaux du parent est d’accompagner son jeune à devenir autonome. Vous pouvez y arriver, entres autres, en lui offrant une présence bienveillante, des échanges harmonieux, en faisant preuve d’ouverture, mais aussi en le laissant prendre des décisions par lui-même, en lui donnant des recommandations plutôt que des impératifs. Pour ce faire, soutenez votre jeune dans ses initiatives et invitez-le à trouver des pistes d’actions concrètes, en lui laissant l’occasion de les mettre en place.

6. Le référer aux bonnes ressources

Il se peut que votre jeune reste avec des questions, auxquelles vous ou votre entourage ne puissiez répondre. C’est pourquoi plusieurs professionnels de l’orientation ou de l’information scolaire et professionnelle sont disponibles dans les établissements scolaires, en pratique privée, ou encore dans les carrefours jeunesse emploi.

N’hésitez pas à inviter votre ado à poser ses questions aux bonnes personnes, et à s’inscrire à Academos pour pouvoir parler gratuitement avec près de 3 000 mentors passionnés par leur métier. Après tout, qui de mieux qu’un professionnel qui travaille dans le métier pour bien le renseigner sur son quotidien au travail, sur les obstacles rencontrés, ou encore pour le rassurer!

Pour plus de trucs et outils, rendez-vous à l’Espace parents de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ).

Vous pouvez aussi consulter les conseils de l’ordre sur le même sujet en cliquant ici.

Retour à tous
Articles semblables