Academos Blogue Mentors

L’histoire d’Éléonore Durocher-Bergeron, mentore Academos : Le pourquoi du mentorat

Pour certains, le mentorat est une façon de redonner à sa communauté. Pour d’autres, c’est un moyen d’échanger avec les futures générations tout en transmettant son savoir. Pour sa part, Éléonore Durocher-Bergeron s’est engagée à titre de mentore Academos en 2017 dans le but d’encourager l’autonomisation des jeunes différemment.

La portée d’une simple publication LinkedIn

Tout commence, lorsqu’elle parcourt son fil d’actualités LinkedIn et tombe, par hasard, sur une publication d’Academos. Ce fut le premier déclic: pourquoi ne pas partager mon parcours professionnel et personnel à travers le cybermentorat? Aujourd’hui, en plus d’être mentore Academos depuis près de 4 ans, Éléonore s’est jointe à l’équipe en tant que Chef du Développement scolaire et communautaire en juillet 2019. Ayant toujours eu à coeur la mission du mentorat, elle s’implique également dans le CA de Mentorat Québec. Tsé, quand le mentorat est une réelle passion!

Avant de poser ses valises chez Academos, Éléonore a vécu à son tour une multitude de questionnements vis-à-vis son orientation professionnelle. Après avoir atteint son rêve, c’est-à-dire travailler en développement et coopération internationale, elle conclut que le meilleur moyen de changer le monde n’était peut-être pas à l’autre bout de la planète. Sur cette réflexion, elle décida de tout quitter pour se reconstruire là où l’innovation, la créativité et l’équité seraient au coeur de ses pratiques. Grâce à l’aide de sa mentore, elle put déconstruire des concepts acquis et repartir sur des bases solides. Qui a dit qu’un mentor ne pouvait pas avoir à son tour un mentor?

« Le mentorat c’est un outil de développement social qui permet de transmettre le savoir. »

Son parcours atypique lui permet aujourd’hui de conseiller ses mentorés au meilleur de ses connaissances. Selon elle, le mentorat sert principalement à contrer le stress décisionnel et à explorer étape par étape les options qui s’offrent dans le parcours du jeune. Chaque discussion avec son mentoré est parsemée de petites victoires, puisqu’à travers les échanges le jeune peut pousser ses réflexions plus loin et ainsi poser des gestes concrets dans sa vie. À ce sujet, Éléonore dit qu’« il ne faut jamais sous-estimer la plus simple des questions: pourquoi? »

Quand deux histoires similaires se rencontrent

À travers toutes ses années de mentorat, Éléonore a eu la chance de développer plusieurs relations mentorales significatives. L’histoire ainsi que le parcours de sa mentorée dans le domaine des RH l’ont profondément touché. Cette jeune femme du même âge qu’elle vivait une remise en question similaire à celle qu’elle avait vécu quelques mois auparavant. Comme elle, Sabrina désirait s’investir dans un emploi où la mission de l’organisation concordait avec ses valeurs. Une quête qui lui était plutôt familière! De fil en aiguille, sa mentorée a entamé un processus de recherche d’emploi afin de trouver un poste qui lui convenait davantage. C’est finalement lors de leurs nombreux échanges qu’Éléonore réalisa tout le chemin qu’elle a parcouru dans la dernière année. Ça sert à ça aussi le mentorat!

Le conseil ultime d’Éléonore
Avant même de me lancer dans une réponse, je commence toujours la conversation avec des questions. L’objectif est de préciser ce que le jeune recherche à travers ses interrogations. Il est important de guider le mentoré en affinant ses questions pour être en mesure de mieux l’aider. 

 

Retour à tous
Articles semblables