Academos Blogue Parents

Le cheminement postsecondaire de mon enfant : Comment y voir clair?

Academos et Desjardins s’associent afin de vous aider à démêler les options qui s’offrent à votre enfant après ses études secondaires.

Le parcours postsecondaire est tout sauf une ligne droite. Les options qui s’offrent à votre enfant après des études secondaires sont nombreuses. Très nombreuses. On ne se le cachera pas : il y a de quoi s’y perdre!

Entre les formations professionnelles (DEP, ASP ou AEP), les formations techniques (DEC ou AEC) et les formations préuniversitaires au collégial (DEC), le cheminement scolaire au Québec peut sembler complexe.

Tentons de démêler tout ça.

Les formations professionnelles : DEP, ASP et AEP

Le Québec est reconnu mondialement pour ses formations professionnelles. On en compte plus de 150 offertes par des centres de formation professionnelle à travers la province. Des formations pour devenir pâtissier, coiffeur, assistant dentaire, peintre en bâtiment, décorateur intérieur, infographiste… Ce ne sont pas les options qui manquent!

Plusieurs parents ne considèrent pas ce cheminement scolaire pour leur enfant parce qu’ils ont en tête le parcours traditionnel « secondaire-collégial-universitaire ». Toutes sortes de mythes et de préjugés sur la formation professionnelle perdurent encore aujourd’hui alors qu’ils sont pourtant loin d’être fondés.

Les formations professionnelles permettent :

  • d’accéder au marché du travail rapidement, avec un taux de placement de 75 à 100 % ;
  • de bénéficier de conditions de travail avantageuses ;
  • d’avoir droit à un enseignement pratique, personnalisé et flexible (admission continue) ; et
  • d’apprendre dans un environnement moderne et à la fine pointe de la technologie.

De manière générale, une formation professionnelle débute après la troisième ou la quatrième année de secondaire, mais les conditions varient selon le type de formation choisi. Trois voies sont possibles lorsqu’on effectue une formation professionnelle :

  • Le diplôme d’études professionnelles (DEP) : Un DEP s’adresse aux jeunes comme aux adultes qui ont un minimum de secondaire 3 ou 4. Le DEP dure de 1 à 2 ans et permet d’exercer un métier spécialisé. On peut aussi poursuivre des études professionnelles (ASP) et même collégiales (DEC) sous certaines conditions.
  • L’attestation de spécialisation professionnelle (ASP) : Comme son nom l’indique, l’ASP est une spécialisation pour se perfectionner dans un métier. Il faut donc déjà avoir en poche un DEP (ou une expérience jugée équivalente). À titre d’exemple, certains choisissent de suivre l’ASP en pâtisserie de restauration contemporaine après avoir suivi le DEP en cuisine. Une ASP dure de 1 à 3 mois et permet d’exercer un métier spécialisé ou de poursuivre des études collégiales (DEC).
  • L’attestation de formation professionnelle (AEP) : Les programmes d’AEP représentent habituellement une partie du DEP et sont donc de très courte durée (3 à 6 mois). Ils permettent de répondre à des besoins ponctuels de main-d’œuvre et d’accéder à des métiers semi-spécialisés, comme celui d’aide-cuisinier par exemple. Alors que les DEP et ASP sont des diplômes délivrés par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, les AEP sont créées par les commissions scolaires – quoique financées et approuvées par le Ministère.

Que ce soit le DEP, l’ASP ou l’AEP, ces programmes ne comprennent pas de « formation générale » (français, mathématiques, etc.). L’objectif est d’abord et avant tout d’acquérir des connaissances et des compétences pratiques. La plupart des programmes offrent d’ailleurs au moins un stage en milieu de travail.

Si jamais un jeune qui a suivi une formation professionnelle souhaite un jour faire le saut au collégial, c’est possible, mais il devra suivre des cours préalables et respecter d’autres conditions. Certains programmes passerelles DEP-DEC permettent d’ailleurs de faciliter le passage vers des études collégiales.

Les formations collégiales : techniques et préuniversitaires

Les études collégiales représentent le premier échelon des études supérieures au Québec. Les cégeps offrent des programmes techniques d’une durée de trois ans pour accéder au marché du travail (p. ex. soins infirmiers, hygiène dentaire, éducation à l’enfance, etc.) et des programmes préuniversitaires d’une durée de deux ans (p. ex. arts, lettres et communication, sciences de la nature, sciences humaines, etc.) pour poursuivre des études à l’université. Des programmes DEC-BAC sont cependant offerts à ceux et celles qui souhaitent suivre un programme technique, mais envisagent tout de même d’intégrer le premier cycle universitaire par la suite (baccalauréat ou certificat).

Les programmes techniques et préuniversitaires conduisant au diplôme d’études collégiales (DEC) comprennent une formation générale (philosophie, français, éducation physique, etc.) et des cours spécialisés selon le programme choisi. La plupart des 110 programmes techniques offerts au Québec proposent en plus des stages en milieu de travail. Les conditions d’admission varient grandement d’un programme à un autre.

De nombreux cégeps et collèges privés offrent également des programmes techniques conduisant à une attestation d’études collégiales (AEC). Ce sont des programmes reconnus au même titre que les programmes techniques menant au DEC, mais plus intensifs, puisqu’il n’y a pas de cours de formation générale. Ils permettent donc d’accéder plus rapidement au marché du travail, souvent en un an seulement. Pour être admissible à un programme menant à une AEC, il faut avoir en main son diplôme d’études secondaires et avoir quitté l’école durant au moins un an ou entrepris des études postsecondaires. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle les étudiants sont généralement d’âge adulte.

Contrairement aux programmes menant au DEC, ceux conduisant à une AEC ne sont pas développés par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, mais plutôt par les établissements d’enseignement eux-mêmes. Cela n’empêche pas les diplômés AEC et DEC d’occuper les mêmes types d’emplois, mais le DEC est généralement exigé par des organismes de la fonction publique, par des ordres professionnels et par certaines grandes entreprises.

Comment accompagner votre enfant dans son choix d’études postsecondaires?

On a vu ce qui se cachait derrière tous ces acronymes (DEP, ASP, AEP, DEC, AEC), mais ça, c’est juste une partie du travail de préparation aux études postsecondaires. Une autre partie, tout aussi importante sinon plus, consiste à accompagner votre enfant à se poser les bonnes questions et à explorer ses intérêts, ses aptitudes et ses objectifs professionnels.

Et si vous ou votre enfant ressentez le besoin d’être appuyé, vous pouvez demander l’aide d’un conseiller d’orientation ou faire appel à un mentor d’Academos qui pourra répondre aux questions de votre enfant concernant son parcours scolaire et son métier.

Plusieurs initiatives comme « Élève d’un jour », Jeunes explorateurs et les journées « portes ouvertes » peuvent également aider votre enfant à cette étape de réflexion et d’exploration.

Academos souhaite remercier la contribution de Charles Saliba-Couture à la rédaction de ce billet de blogue.

Retour à tous
Articles semblables